Japon: un réacteur nucléaire de plus de 40 ans redémarre, une première depuis Fukushima

AFP

23/06/2021 | 487 mots | ENERGIE RECRUTE | NUCLÉAIRE
Japon: un réacteur nucléaire de plus de 40 ans redémarre, une première depuis Fukushima

Un réacteur nucléaire âgé de plus de 40 ans a été remis mercredi en service au Japon, une première pour un réacteur de cette tranche d'âge depuis l'introduction de nouvelles normes de sécurité après la catastrophe de Fukushima en 2011.

Le réacteur n°3 de la centrale de Mihama (centre du Japon), qui avait été totalement arrêtée peu après l'accident nucléaire de Fukushima comme toutes les autres centrales atomiques du pays, a ainsi redémarré pour la première fois depuis dix ans, a déclaré l'opérateur Kansai Electric Power dans un communiqué.

Mihama devient ainsi "la première centrale nucléaire à opérer au Japon au-delà de 40 ans, depuis la mise en place de nouvelles normes" de sécurité, a souligné le président de Kansai Electric Power, Takashi Morimoto, cité dans le communiqué.

Il s'agit aussi du premier redémarrage d'un réacteur nucléaire au Japon depuis 2018.

Fin avril, Tatsuji Sugimoto, le gouverneur du département de Fukui, où est située la centrale de Mihama, avait levé le dernier obstacle réglementaire au redémarrage de son réacteur n°3.

Deux réacteurs de la centrale de Takahama, âgée elle aussi de plus de 40 ans et située dans le même département de Fukui, ont aussi obtenu le feu vert des autorités locales, mais n'ont pas encore redémarré en raison de travaux de modernisation toujours en cours.

Avec celui de Mihama, dix réacteurs sont dorénavant actifs au Japon, contre 54 avant la catastrophe de Fukushima il y a dix ans. Le démantèlement d'une vingtaine de réacteurs a été acté, dont celui de la centrale accidentée de Fukushima Daiichi.

La part de l'atome dans la production d'électricité du pays représentait seulement 6,2% en 2019, contre 30% avant 2011.

Le gouvernement nippon est favorable à une relance du nucléaire, pour réduire l'importante dépendance énergétique actuelle de l'archipel, et aussi pour atteindre ses nouveaux et ambitieux objectifs de réduction d'émissions de CO2 d'ici 2030 et de neutralité carbone d'ici 2050.

Mais la volonté de Tokyo se heurte souvent à une forte opposition locale avec des contentieux juridiques à la clé. Par ailleurs, la maintenance et la modernisation de centrales nucléaires entraînent des coûts pharaoniques.


Newsletter d'actualités énergie et environnement

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter énergie et environnement hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Selon une étude BVA pour Orano, une majorité de Français estime que le nucléaire est un atout pour l’indépendance énergétique de la France
26/10/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Dans un contexte marqué par la crise sanitaire du Covid-19 et les risques relatifs au dérèglement climatique qui pèsent sur nos socié...


Framatome développe une formation sur le nucléaire en Hongrie via un partenariat avec Hunatom Zrt. et l'Université de Dunaújváros
12/10/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Framatome Kft. a signé cette semaine un protocole d’accord (MOU) avec Hunatom Zrt. et l’Université de Dunaújváros pour collabor...


Nucléaire: EDF cède ses parts dans sa coentreprise américaine CENG pour 885 M USD
09/08/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Le géant français de l'électricité EDF a annoncé lundi qu'il cédait pour 885 millions de dollars (environ 753 million...

Lire aussi :


Nucléaire iranien: l'accord
13/09/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

L'arrangement conclu dimanche entre l'Iran et l'AIEA sur la surveillance du programme nucléaire permet de "donner du temps à la diplomat...


09/09/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a promis jeudi un examen "complet" et "objectif" du projet controversé d...


Autorisation d'exploitation pour l'EPR de Flamanville
06/09/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

EDF a reçu de l'Etat l'autorisation d'exploiter son EPR à Flamanville (Manche), une étape réglementaire formelle au titre du co...