La neutralité carbone au cœur de l'ambition climat du groupe

Total

23/06/2020 | 948 mots | ENERGIE RECRUTE | ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE
La neutralité carbone au cœur de l'ambition climat du groupe © Total

Le 5 mai 2020, Total annonçait son ambition d’atteindre la neutralité carbone (Net Zero) à horizon 2050, en phase avec la société, pour l’ensemble de ses activités mondiales, depuis sa production jusqu’à l’utilisation par ses clients de ses produits énergétiques vendus. Le Groupe s’inscrit dans la trajectoire de neutralité carbone de l’Union européenne et affiche une ambition forte, tant sur les scopes concernés que sur l’intensité carbone moyenne des produits. Qu’entend-on par neutralité carbone ? Que signifient les scopes 1, 2 et 3 ? Comment définit-on l’intensité carbone ? Nous avons demandé à Mathieu Soulas directeur Stratégie & Climat au sein de la direction générale Strategy-Innovation, de nous expliquer ces trois notions clés.

Qu’est-ce que la neutralité carbone ?

Mathieu Soulas / Être neutre en carbone, ce n’est pas avoir des émissions nulles c’est avoir un solde d’émissions nul, entre les gaz à effet de serre émis et ceux captés dans l’atmosphère. 

Pour atteindre la neutralité carbone, le premier effort est de ne pas gaspiller l’énergie, de l’utiliser le plus efficacement possible. Ensuite, il faut minimiser les émissions liées à l’énergie que nous ou nos clients consommons. Pour cela, la feuille de route de Total comporte trois dimensions : agir sur les produits (réduire leur intensité carbone), agir sur la demande (offrir ou utiliser des énergies moins carbonées), agir sur les émissions (promouvoir un coût du CO2 par exemple). Au-delà de ces actions, les émissions incompressibles ou résiduelles doivent être compensées par des « émissions négatives ». Il s’agit alors de créer et développer ce que l’on appelle des puits de carbone, pour le captage et le stockage des gaz à effet de serre. Le Groupe investit dans deux grandes catégories de puits : les puits naturels comme la reforestation, et le CCUS (captage, stockage ou utilisation de CO2).

Total vise désormais la neutralité carbone d’ici 2050. Une accélération dans son ambition climatique…

M.S. / Assurément. Cette ambition d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050, en phase avec la société, est déclinée en trois axes : d’abord atteindre le « Net Zero » pour les émissions liées à nos opérations. Ces émissions sont celles que nous contrôlons, qu’elles soient directes (les émissions de nos sites : scope 1) ou indirectes (liées à l’énergie que nous achetons pour nos opérations : scope 2). Deuxième axe, un engagement de neutralité carbone en Europe  sur toute la chaine de valeur, de la production jusqu’à l’utilisation finale des produits que nous vendons à nos clients (scopes 1, 2 et 3). Cette décision est en phase avec les objectifs du Green Deal de l’Union Européenne. Et le Groupe fera de même, conjointement avec la société, dans les régions du monde1 qui, à l’avenir, adopteront des objectifs similaires à ceux de l’Europe. Total inscrit ainsi ses efforts pour le climat dans un cadre de plus en plus large et exigeant. 

Quant au troisième axe, il consiste à fortement baisser l’intensité carbone. Quels jalons pour atteindre cette ambition ?

M.S. / L’indicateur d’intensité carbone calcule la quantité de CO2 émise en moyenne par unité d’énergie que le Groupe vend à ses clients. Cet indicateur intègre à la fois les scopes 1 et 2, c’est-à-dire les émissions lors de la fabrication des produits, mais aussi - et surtout - le scope 3 qui correspond aux émissions liées à l’utilisation finale de ces produits. Par exemple lors de leur combustion dans le moteur des véhicules de nos clients. Moins il y a de carbone dans les produits énergétiques vendus par le Groupe, plus l’indicateur diminue. Nous avons déjà obtenu une baisse de 6% depuis 2015, un record dans notre industrie, fruit de toutes les actions mises en œuvre dans les Branches et du développement de nouveaux business bas carbone. Notre ambition est d’atteindre -60 % en 2050 (par rapport à 2015) pour cet indicateur d’intensité carbone, sur le périmètre mondial. Mais 2050, ce n’est pas demain ! Nous avons donc posé des indicateurs pour suivre les progrès, et des objectifs intermédiaires tous les dix ans : -15 % en 2030 et -35 % en 2040. Enfin, le Groupe a décidé d’investir dans les émissions négatives, les « puits de carbone », avec une montée en puissance de nos activités CCUS et Nature Based Solutions (NBS). Non seulement la transition énergétique est bien lancée, mais l’ambition est grande, à la mesure des enjeux pour la planète !


Newsletter d'actualités énergie et environnement

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter énergie et environnement hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Climat: des décennies avant de voir baisser les températures
09/07/2020 | ENERGIE RECRUTE | Environnement et Développement Durable

Même si le monde réduit drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, l'impact sur le réchauffement pourrait ne pas ê...


Toulouse: pollution d'une rivière après une fuite de gasoil dans un dépôt de bus
09/07/2020 | ENERGIE RECRUTE | Environnement et Développement Durable

La rivière de l'Hers, un affluent de la Garonne coulant au nord de Toulouse, a été polluée par une fuite de gasoil datant du week-end d...


France: les prix des carburants s'érodent
07/07/2020 | ENERGIE RECRUTE | Pétrole, Gaz, Charbon

Après plusieurs semaines de remontée, les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service en France se sont érodés la semaine...

Lire aussi :


Plus de 70% des emballages ménagers recyclés en 2019
29/06/2020 | ENERGIE RECRUTE | Environnement et Développement Durable

Quelque 70,3% des emballages ménagers ont été recyclés l'an dernier en France, une performance qui progresse, mais les emballages plast...


Transition énergétique: le Danemark prêt à taxer massivement le carbone
22/06/2020 | ENERGIE RECRUTE | Environnement et Développement Durable

Le Danemark, héraut autoproclamé de la transition énergétique, a annoncé lundi qu'il allait taxer plus le carbone, dans le cadre...


Le secteur maritime présente ses propositions pour une économie compétitive et décarbornée
19/06/2020 | ENERGIE RECRUTE | Environnement et Développement Durable

Des énergies marines à la reconstruction navale ou la pêche, les secteurs de l'économie de la mer, qui représentent 400.000 emplo...