Pour Orano, le recyclage des matières nucléaires va continuer de se développer

Orano

16/09/2019 | 540 mots | ENERGIE RECRUTE | NUCLÉAIRE
Pour Orano, le recyclage des matières nucléaires va continuer de se développer © Orano

L’industrie nucléaire est l’une des premières à avoir mis en place depuis plus de 50 ans le recyclage afin de réduire le volume des déchets et économiser les matières. Ainsi, 10% de l’électricité nucléaire produite en France l’est à partir de matières recyclées. Alors que toutes les industries développent désormais le recyclage et que l’économie circulaire est valorisée pour préserver les matières premières, le classement en déchets de matières nucléaires recyclables n’aurait pas de sens. Qui imaginerait revenir en arrière sur le recyclage des métaux et ne pas réutiliser des matières pouvant être recyclées ?

Les matières nucléaires sont des substances qui ont un potentiel énergétique très important et conservent une valeur significative même après avoir été utilisées dans le parc électronucléaire. Ainsi, 300 grammes d’uranium appauvri issu de la transformation de l’uranium en combustible nucléaire ou 1 gramme de plutonium extrait des combustibles nucléaires produisent autant d’énergie qu’une tonne de pétrole. 

L’ensemble des matières recyclables (uranium appauvri, uranium et plutonium) ont déjà été réutilisées par le passé et le seront dans le futur. La réserve d’uranium appauvri en France représente ainsi l’équivalent de 8 ans de consommation d’électricité produite par les réacteurs nucléaires. L’uranium de recyclage va être à nouveau recyclé dans des réacteurs à partir de 2023, portant à plus de 20% la quantité d’électricité produite avec des matières recyclées. 
Concernant le plutonium, il est d’ores et déjà recyclé en réacteurs. Un programme de R&D intégrant des études et expérimentations est engagé par Orano aux côtés d’EDF et du CEA pour recycler plusieurs fois le plutonium, avec pour objectif l’introduction d’un assemblage test en réacteur à l’horizon 2025-2028, comme convenu dans le contrat de filière signé en janvier 2019.

Avec la réutilisation de ces matières, près de 30% de l’électricité nucléaire pourra provenir de matières recyclées contre 10% actuellement. Cela permettra de produire une électricité bas carbone tout en économisant les matières premières et en réduisant, la radiotoxicité et le volume des déchets les plus radioactifs. Le coût de cette activité représente moins de 2% de la facture électrique.


Newsletter d'actualités énergie et environnement

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter énergie et environnement hebdomadaire !

Dans la même thématique :


TRIHOM inaugure des espaces de formation au service de l’industrie française
05/11/2019 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

TRIHOM, leader français de la formation en milieu nucléaire au service de toutes les entreprises de la filière, a inauguré vendredi 20 sept...


Orano remporte deux nouveaux contrats de démantèlement en Allemagne
28/10/2019 | ENERGIE RECRUTE | Pétrole, Gaz, Charbon

Orano a remporté, avec son partenaire EWN (Entsorgungswerk für Nuklearanlagen GmbH), deux contrats auprès de l’électricien allemand RWE...


Orano renforce sa coopération avec TEPCO pour le démantèlement du site de Fukushima
07/10/2019 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Le 11 septembre, Orano a signé avec l’électricien japonais TEPCO un accord de coopération relatif au démantèlement des install...

Lire aussi :


Séisme en Drôme-Ardèche : point sur les réacteurs de la vallée du Rhône
12/11/2019 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Suite au séisme enregistré le 11 novembre 2019, EDF poursuit l’exploitation des centrales nucléaires de Bugey, Saint-Alban et Tricastin.A la...


Vincenzo Salvetti, nouveau Directeur des applications militaires du CEA
12/11/2019 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

A compter du 1er janvier 2020, Vincenzo Salvetti devient le directeur des applications militaires du CEA.En septembre 1984, il débute sa carrière à...


Elsa Cortijo est nommée directrice de la recherche fondamentale du CEA
12/11/2019 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Elsa Cortijo est nommée directrice de la recherche fondamentale du CEA à compter du 2 novembre 2019. Elle succède à Vincent Berger, appel&e...