Les personnels de l'Autorité de sûreté nucléaire appelés à faire grève le 13 juin

AFP

03/06/2024 | 492 mots | ENERGIE RECRUTE | NUCLÉAIRE
Les personnels de l'Autorité de sûreté nucléaire appelés à faire grève le 13 juin © Frederic Paulussen

Les salariés du gendarme des centrales nucléaires, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), sont appelés à faire grève le 13 juin pour dénoncer la "trahison" du gouvernement qui ne prévoit pas pour eux d'augmentation de salaires.

La création de l'Autorité de sûreté nucléaire et de radioprotection (ASNR), décidée en février 2023 à l'Élysée, "devait s'accompagner de revalorisations salariales pérennes des personnels de l'ASN. Le gouvernement s'y était engagé depuis plusieurs mois", souligne vendredi dans un communiqué le syndicat UNSP-FO, se présentant comme "seul syndicat représentatif de l'ASN".

"Les personnels de l'ASN ne se voient finalement proposer qu'une prime ponctuelle", reproche le syndicat.

L'ASNR doit naître le 1er janvier 2025 de la fusion de l'IRSN, l'expert français de la sûreté nucléaire, avec l'ASN, l'Autorité de sûreté, chargée de prendre les décisions sur le sort des centrales.

Les deux organismes étaient nés au début des années 2000 des leçons de l'accident de Tchernobyl.

L'UNSP-FO dénonce une "différentiation injustifiée entre les personnels de droit public de l'ASN et ceux de droit privé de l'IRSN au moment le plus critique de la création de l'ASNR", les salariés de l'IRSN ayant obtenu de leur côté une "augmentation salariale pérenne".

"Cette politique laisse présager une nouvelle Autorité de sûreté nucléaire et de radioprotection privatisée, affaiblie et inévitablement fracturée. La fluidité de la nouvelle organisation ne pourra qu'en pâtir", craint l'organisation syndicale.

Lundi, l'Elysée a annoncé vouloir nommer Pierre-Marie Abadie, actuel directeur général de l'Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra), à la tête de la future entité.

La réforme a fait l'objet d'une bataille parlementaire et d'une vive opposition tant des syndicats que d'experts ou d'associations. Destinée à "fluidifier" les décisions pour la relance du nucléaire, elle a finalement été adoptée au Parlement en avril.

L'ASN emploie aujourd'hui environ 530 agents, et l'IRSN 1.740 agents dont une partie partira à la Défense et au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA).


Newsletter d'actualités énergie et environnement

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter énergie et environnement hebdomadaire !

Dans la même thématique :


EPR de Flamanville: feu vert de l'ASN à un soudage par robot
22/03/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) est d'accord pour qu'EDF reprenne avec un robot des soudures défectueuses et diffici...


Nucléaire: Bernard Doroszczuk officiellement à la tête de l'ASN
14/11/2018 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Bernard Doroszczuk a été officiellement nommé à la tête de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) pour u...


05/12/2017 | ENERGIE RECRUTE | Pétrole, Gaz, Charbon

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé mardi avoir autorisé EDF à redémarrer la centrale du Tricasti...

Lire aussi :


A Flamanville, EDF se prépare à faire
10/07/2024 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

"On est dans la dernière ligne droite": à Flamanville, EDF est près de lancer la première réaction nucléaire en cha...


Nucléaire: feu vert aux travaux préparatoires des deux futurs réacteurs EPR2 à Penly
06/06/2024 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Le gouvernement donne son feu vert à EDF pour engager les travaux préparatoires des deux futurs réacteurs de nouvelle génération EPR...


L'Ukraine entame la construction de réacteurs nucléaires de conception américaine
16/04/2024 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

L'Ukraine a commencé à construire deux réacteurs, de fabrication américaine, dans une centrale nucléaire de l'ouest, son r&e...