Technicien de mesure de la pollution


© Shutterstock
Au cœur des enjeux liés à la santé publique, l’intervention du technicien de mesure de la pollution reste incontournable. Homme ou femme de terrain, et sous la supervision d’un ingénieur d’études, il/elle assure le recueil périodique des mesures et données fournies par les appareils de captage et d’enregistrement, et surtout la maintenance de ces stations.

Missions


• Assurer la maintenance et le bon fonctionnement des appareils de captage et d’enregistrement de données sur l’air et l’eau au sein des stations
• Contrôler la qualité de l’air et de l’eau en détectant toute présence d’éléments nocifs
• Surveiller la qualité des rejets des installations industrielles dans l’air, dans les cours d’eau ou dans les nappes phréatiques
• Relever périodiquement les données auprès des appareils d’enregistrement et de captage
• Synthétiser les données scientifiques recueillies en vue de fournir des informations d’alerte destinées au pouvoir public.

Compétences


• Connaissances scientifiques, techniques et électrotechniques
• Connaissances en chimie
• Connaissances informatiques.

Formation


• Bac +2 en Sciences et Technologies de Laboratoire (STL), spécialité biotechnologie ou sciences physiques et chimiques en laboratoire
• BTS Fluides, énergies, domotique (FED), ou Bio analyses et contrôles (BIOAC)
• DUT Mesures physiques (MP), Hygiène, sécurité, environnement (HSE), ou Qualité, logistique industrielle et organisation (QLIO)

Salaire


À ses débuts, un technicien de mesure de la pollution perçoit 1 600 euros bruts par mois, ou en moyenne près de 24 000 euros bruts par année avec de l’ancienneté.

Évolution de carrière


Les missions techniques en lien avec le poste de technicien de mesure de la pollution peuvent faire évoluer sa carrière vers un poste d’encadrement d’équipe, en tant que responsable de secteur ou chef de service exploitation.

Autres appellations


• Technicien Mesures physiques
• Surveillant de la pollution