Commissariat à l'énergie atomique: appel à la grève pour une hausse des salaires

AFP

07/12/2021 | 556 mots | ENERGIE RECRUTE | NUCLÉAIRE
Commissariat à l'énergie atomique: appel à la grève pour une hausse des salaires

Les six syndicats du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) appellent les 20.000 salariés de cet établissement public à faire grève mardi pour dénoncer "plus de dix années" de "disette salariale", ont-ils annoncé dans un communiqué.

"La question des rémunérations, qui relève de (l')administrateur général" du CEA et "des ministères de tutelle, est au coeur des revendications", précisent les syndicats CFDT, CFE-CGC, CGT, Unsa, FO et CFTC du CEA, qui "ont déposé un préavis de grève unanime national".

Selon ces syndicats, c'est lors "de nombreuses assemblées générales" que "le personnel a décidé de se mettre en grève pour coordonner des actions sur l'ensemble des dix sites du CEA" mardi.

"Cela fait plus de 10 années que l'État ne donne plus aucune marge de manoeuvre pour réévaluer la valeur du point d'indice des salaires et des primes (pénibilité, astreintes, frais de déplacement...)", protestent dans leur communiqué les six organisations "réunies en intersyndicale".

Toutes ces années sans revalorisation "impactent le pouvoir d'achat des salariés du CEA dans un monde de la recherche, pourtant en compétition mondiale", soulignent-ils.

Les syndicats réclament "une revalorisation des salaires par une augmentation de la valeur du point, reconnaissance de l'expérience professionnelle et meilleure prise en charge de la pénibilité", détaillent-ils. Une hausse de la valeur du point permettrait "de maintenir le pouvoir d'achat des salariés au regard de l'inflation", ajoutent-ils.

"Tous les salaires d'embauche ont été revalorisés le mois dernier, mais il n'y a toujours rien pour les salariés déjà en place", a déclaré à l'AFP Christophe Ratin, de la CGT. "Ceux qui ont été embauchés ces cinq ou six dernières années", qui ont accumulé au CEA expérience et ancienneté, reçoivent "le même salaire que les nouveaux", a-t-il critiqué.

Dans leur communiqué, les syndicats notent que les salariés de cet établissement public "s'emploient tous les jours à assurer des missions liées à la souveraineté de la France", dans des domaines tels que la "dissuasion nucléaire", la "médecine du futur", la "cybersécurité", l'"industrie 4.0" ou encore l'"indépendance et la souveraineté énergétiques".

"Pour créer la France de demain, développer les domaines d'excellence, réindustrialiser les territoires et assurer la transition, il faut certes attirer les talents, mais surtout savoir les conserver", relèvent-ils.


Newsletter d'actualités énergie et environnement

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter énergie et environnement hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Début d'une grève de la CGT dans la gestion des déchets
03/04/2018 | ENERGIE RECRUTE | Environnement et Développement Durable

La CGT a entamé mardi matin une grève pour la création d'un "service public national" des déchets, avec des actions en Ile-de...

Lire aussi :


Framatome et l'Inria s'associent pour accélérer les études de sûreté des centrales nucléaires
28/06/2022 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Framatome, leader international de l’énergie nucléaire et l’Inria, Institut national de recherche en sciences et technologies du numér...


Framatome sélectionnée pour déployer une technique de protection des cuves des réacteurs sur quatre centrales nucléaires aux États-Unis
24/05/2022 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Framatome vient de remporter un contrat pour déployer une technique de protection des cuves de réacteur sur quatre centrales nucléaires aux &Eacut...


Naval Group : Plus de femmes managers dans les métiers de la production ?
03/05/2022 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Avec Pauline, première cheffe de bord pour la construction des sous-marins nucléaires d’attaque du programme Barracuda, ça bouge ! Dans...