Selon une étude BVA pour Orano, une majorité de Français estime que le nucléaire est un atout pour l’indépendance énergétique de la France

Orano

26/10/2021 | 1399 mots | ENERGIE RECRUTE | NUCLÉAIRE
Selon une étude BVA pour Orano, une majorité de Français estime que le nucléaire est un atout pour l’indépendance énergétique de la France © Orano - Eric Larrayadieu

Dans un contexte marqué par la crise sanitaire du Covid-19 et les risques relatifs au dérèglement climatique qui pèsent sur nos sociétés, Orano a souhaité interroger les Français sur leurs connaissances et leurs perceptions de cette énergie et son avenir comme source d’énergie de demain en France.

Les résultats de cette étude menée en partenariat avec l’institut BVA, viennent compléter les enseignements de la première édition réalisée en 2019 quant à l’évolution récente de l’opinion et des connaissances des Français sur le nucléaire et son industrie.

Parmi les principaux résultats :

  • Pour 50 % des Français (+ 3 points par rapport à 2019), le nucléaire est un atout pour le pays.
  • Pour 64 % des Français (+ 10 points par rapport à 2019), le mix électrique de demain en France sera composé d’énergie nucléaire et de renouvelables.
  • 53 % des Français (+ 7 points par rapport à 2019) considèrent que le nucléaire est essentiel pour l’indépendance énergétique de la France.
  • 58 % des Français (- 11 points par rapport à 2019) pensent que le nucléaire produit du CO2 et a un impact sur le climat.
  • 66 % des Français (+ 5 points par rapport à 2019) ont conscience des possibilités de recyclage des combustibles nucléaires utilisés dans les centrales. 

Le secteur nucléaire est perçu comme un atout pour la France

Pour 50 % des Français, le nucléaire est un atout pour le pays. Parmi les arguments retenus par les répondants en faveur de cette énergie, deux d’entre eux étaient déjà présents en 2019 : l’indépendance énergétique de la France (53 %) et le faible coût de l’électricité (30 %). Les Français citent également le rôle positif du nucléaire comme source de production d’électricité produite sans interruption (39 %). 

Par ailleurs, la part des Français qui identifie le nucléaire comme un handicap chute de 34 % à 15 %, montrant l’érosion de l’opposition à cette énergie.

Pour une majorité de Français, le secteur nucléaire constitue un atout pour l’indépendance énergétique du pays

L’indépendance énergétique de la France est plus que jamais l’argument le plus convaincant pour les Français en faveur de l’énergie nucléaire : il est cité par 53 % des répondants et progresse de 7 points par rapport à 2019. Interrogés plus précisément sur ce sujet, 42 % des Français font de la production de cette énergie sur le territoire, l'argument le plus important concernant le lien entre nucléaire et indépendance de la France, tandis que 36 % pointent le fait qu’il s’agit d’un secteur sensible dont il vaut mieux conserver la maitrise. A noter également que le nouvel item « Une électricité produite sans interruption » arrive en seconde position, montrant ainsi l’importance pour les français de leur sécurité d’approvisionnement électrique.

La connaissance des Français s’améliore sur le rôle du nucléaire dans la lutte contre le dérèglement climatique et le mix énergétique de demain

Si une majorité de Français (58 % soit une baisse de 11 points par rapport à 2019) pensent encore que le nucléaire contribue à la production de gaz à effet de serre et au dérèglement climatique, seuls 19 % affirment désormais que cet impact est significatif (contre 34 % il y a 2 ans). Cette amélioration démontre l’efficacité du travail de pédagogie des acteurs du nucléaire sur cette question qu’il faut poursuivre. 
Dans le même temps, la part de Français estimant que le charbon, le pétrole et le gaz produisent moins de CO2 que le nucléaire a été divisée par 2. 

Autre amélioration, celle de la connaissance des Français sur le rôle du nucléaire : ils sont 64 % (10 points de plus qu’en 2019) à savoir que le mix énergétique de la France de demain sera composé d’énergie nucléaire et de renouvelables (contre 21 % qui pensent que le scénario de demain sera à base de renouvelables uniquement – ce chiffre était de 26 % en 2019). Ils sont également 59 % (+ 4 points) à estimer que le recours au nucléaire en France va augmenter ou rester stable à l’avenir.

Les déchets restent un sujet de préoccupation des Français

La production de déchets non recyclables reste la préoccupation principale (citée par 59 % des Français) malgré la hausse de la part de Français conscient de la possibilité de recycler le combustible (66 %, + 5 points). Toutefois, le traitement des déchets nucléaires est vu comme un enjeu moins central pour les générations futures que la lutte contre le dérèglement climatique ou la préservation des ressources naturelles (respectivement 30 %, 53 % et 36 %).

Le nucléaire est considéré comme un secteur d’activité créateur d’emplois, notamment par les jeunes générations

L’industrie nucléaire est un secteur d’activité considéré comme créateur d’emplois pour 27 % des 18-24 ans (20 % pour les Français). A l’identique, la création d’emploi est citée à 28 % par cette classe d’âge comme une preuve de son apport à l’indépendance de la France (22 % pour les Français).

Pour Philippe Knoche, Directeur général d’Orano : « Les résultats de cette étude confirment l’amélioration de la perception du nucléaire par nos concitoyens, comme source d’approvisionnement continu en électricité bas carbone contribuant à la lutte contre le dérèglement climatique. Il nous faut poursuivre le travail de pédagogie mené par le groupe et l’ensemble de la filière, afin de faire connaître plus largement l’importance du rôle du nucléaire dans la transition énergétique ».

Méthodologie 

L’enquête BVA pour Orano a été réalisée par internet entre le 3 mai 2021 et le 6 mai 2021 auprès d’un échantillon de 1 500 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et de la personne interrogée, région et catégorie d’agglomération. Les différentes données comparatives mentionnées dans ce communiqué et dans l’enquête font référence aux résultats d’une précédente enquête réalisée par BVA pour Orano en avril 2019, auprès d’un échantillon représentatif de 2400 Français, qui avaient été interrogés par téléphone.
 


Newsletter d'actualités énergie et environnement

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter énergie et environnement hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Découvrez l'équipe sûreté nucléaire de Naval Group
16/11/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Réparties sur les sites de Brest, Toulon et Cherbourg les équipes du département de Sureté nucléaire (SN) de Naval Group réal...


À mi-parcours du plan excell, EDF et la filière nucléaire présentent des résultats concrets et de nouveaux engagements pour 2022
09/11/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Ce lundi 8 novembre 2021, le groupe EDF et le GIFEN ont présenté un deuxième point d’étape du plan excell. Lancé au printemps ...


France 2030: 800 millions d'euros pour la robotique, annonce Macron
26/10/2021 | ENERGIE RECRUTE | Pétrole, Gaz, Charbon

Le plan d'investissement France 2030 consacrera 800 millions d'euros au secteur de la robotique, dont 400 millions pour la fabrication de ces robots qui int&eg...

Lire aussi :


Rolls-Royce va fabriquer des petits réacteurs nucléaires au Royaume-Uni
09/11/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Le motoriste britannique Rolls-Royce a annoncé mardi qu'il allait construire de petits réacteurs nucléaires "à bas coûts&quo...


Naval Group : Jean-Nicolas, ingénieur responsable de production infrastructures à Toulon
02/11/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Ingénieur de formation, Jean-Nicolas occupe aujourd’hui une fonction peu connue au sein de la direction Services de Naval Group : il est ingénieur ...


Framatome développe une formation sur le nucléaire en Hongrie via un partenariat avec Hunatom Zrt. et l'Université de Dunaújváros
12/10/2021 | ENERGIE RECRUTE | Nucléaire

Framatome Kft. a signé cette semaine un protocole d’accord (MOU) avec Hunatom Zrt. et l’Université de Dunaújváros pour collabor...