Le géant pétrolier BP s'engage à la neutralité carbone d'ici 2050

AFP

13/02/2020 | 503 mots | ENERGIE RECRUTE | PÉTROLE, GAZ, CHARBON
Le géant pétrolier BP s'engage à la neutralité carbone d'ici 2050

Le géant britannique des hydrocarbures BP a promis mercredi d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, sans dévoiler précisément sa stratégie pour y parvenir.

Ce projet est porté par le nouveau directeur général du groupe Bernard Looney, en poste depuis une semaine et qui promet dans un communiqué de "réinventer BP".

Les groupes pétroliers, l'une des industries les plus polluantes de la planète, font face à une pression accrue de la société et des mouvements écologistes pour lutter contre la crise climatique.

BP explique que son engagement porte sur les émissions polluantes de ses activités propres, ainsi que celles liées au pétrole et au gaz qu'il produit.

Il donne très peu d'éléments sur les mesures qu'il compte mettre en place pour respecter son objectif, si ce n'est qu'il veut augmenter la proportion encore très limitée de ses investissements dans des activités plus vertes, actuellement autour de 5%, sans toutefois donner de chiffres.

BP veut en outre réduire de 50% l'intensité carbone d'ici 2050 des produits qu'il vend à ses clients, et réduire les émissions de méthane, un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le CO2, sur toutes ses opérations de production d'hydrocarbures.

"Nous avons besoin d'une transition rapide vers la neutralité carbone. Ce sera certainement un défi mais également une fabuleuse occasion", déclare M. Looney, qui doit s'exprimer pour la première fois en tant que patron de BP mercredi après-midi à Londres.

L'organisation de défense de l'environnement Greenpeace demandait à BP de réduire ou de renoncer à son programme d'investissement de dizaines de milliards de dollars dans l'exploration de pétrole et de gaz.

BP va devoir convaincre ses actionnaires, puisqu'il réalise l'essentiel de ses confortables bénéfices grâce aux hydrocarbures, ce qui lui permet de verser d'importants dividendes.

"Nous ne pouvons repenser l'énergie que si nous sommes solides, capables de payer des dividendes à nos actionnaires et de générer assez de trésorerie pour investir dans des activités à faible émission carbone", souligne M. Looney.

Le dirigeant va entreprendre une réorganisation du groupe, en mettant fin à la séparation de ses activités entre l'amont (exploration et production) et l'aval (raffinage). Il propose à la place un groupe plus intégré composé de 11 équipes dont une dédiée au gaz et à l'énergie verte.


Newsletter d'actualités énergie et environnement

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter énergie et environnement hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Arrêt de Fessenheim: événement historique en France, pas si rare ailleurs
21/02/2020 | ENERGIE RECRUTE | Pétrole, Gaz, Charbon

L'arrêt de la centrale de Fessenheim, "événement historique" selon les termes de la ministre Elisabeth Borne, annonce un long process...


Coronavirus: la paralysie chinoise fait chuter le CO2
19/02/2020 | ENERGIE RECRUTE | Environnement et Développement Durable

L'épidémie de coronavirus, qui paralyse l'activité économique en Chine, pourrait avoir réduit les émissions de CO2 du...


L'éolien a fourni 15% de l'électricité consommée en Europe en 2019
18/02/2020 | ENERGIE RECRUTE | Éolien

Les éoliennes ont fourni l'an dernier 15% de l'électricité consommée en Europe, avec plus de 15 gigawatts (GW) supplémentair...

Lire aussi :


Energie: riches en pétrole, les Emirats se mettent au nucléaire
17/02/2020 | ENERGIE RECRUTE | Pétrole, Gaz, Charbon

Les Emirats arabes unis ont annoncé lundi avoir donné leur feu vert à la mise en exploitation de la centrale nucléaire de Barakah, la premi...


Les maires anti-pesticides contestent en justice les distances d'épandage
10/02/2020 | ENERGIE RECRUTE | Pétrole, Gaz, Charbon

Le Conseil d'Etat a examiné lundi les requêtes en référé du collectif des maires anti-pesticides et d'ONG qui réclamen...


Fermeture de Fessenheim: le parc nucléaire français toujours le 2e au monde
10/02/2020 | ENERGIE RECRUTE | Pétrole, Gaz, Charbon

Le parc nucléaire français reste le deuxième plus important au monde derrière celui des Etats-Unis (98 réacteurs) malgré la f...