GIS-MIC recrute en priorité des ingénieurs soudeurs

Chloé Goudenhooft
13/02/2018 | 973 mots | ENERGIE RECRUTE | EMPLOI ET CARRIÈRE
GIS-MIC recrute en priorité des ingénieurs soudeurs © GIS-MIC - Odeline Trimarchi, Responsable Recrutement

Entretien avec Odeline Trimarchi, Responsable Recrutement chez GIS-MIC.

Quels sont les besoins en recrutement de GIS-MIC ?

Nos équipes interviennent en tant que prestataires auprès de différents clients pour réaliser des inspectionsou de l'ingénierie dans les domaines du pétrole, du gaz et du nucléaire. Notre cœur de cible en termes de profil, ce sont les ingénieurs soudeurs qui ont obtenu un bac + 5 avec une spécialisation en soudage en sixième année. Nous recrutons aussi des techniciens qui ont un profil inspecteur, et un donc bac + 3 spécialisé en soudage. Les deux principaux diplômes pour lesquels embauchons sont : l’IWE (ingénieur international en soudage) délivré par l'ESSA (École supérieure du soudage et de ses applications) et l'IWT (technologue international en soudage), délivré par l'EAPS (École d'adaptation aux professions du soudage).

Combien de personnes embauchez-vous chaque année ?

Il est difficile de le quantifier, cela dépend des besoins de nos clients. Sur l'année 2017, nous avons embauché une cinquantaine de personnes. Nous proposons en général des CDI de chantier car les besoins de nos clients sont trop spécifiques pour garder les mêmes professionnels de missions en missions. Les entreprises peuvent nous demander une personne spécialisée dans la tuyauterie, puis dans la chaudronnerie, une autre fois dans le domaine du pétrole ou de la pétrochimie…

Même si replacer les professionnels recrutés sur d'autres chantiers en fin de contrat reste notre objectif, il est parfois très difficile d'y parvenir selon les profils et spécificités de chacun. A cela s'ajoute le fait que certaines personnes ne sont pas mobiles ou n'acceptent pas tous les contrats que nous leur proposons. Nous engageons néanmoins des personnes en CDI sur les métiers liés aux centrales nucléaires car il y a beaucoup de formations et restrictions d’accès à respecter pour entrer dans une centrale et pour intervenir en zones contrôlées. Ce sont bien souvent des profils très pointus et donc rares.

Sur quels types de postes avez-vous le plus de mal à recruter ?

Sur tous nos postes ! Parce que nous recrutons des profils rares. Seuls les deux diplômes IWE et IWT ouvrent la porte à nos métiers. Il existe néanmoins de plus en plus d'organismes de formation qui proposent des parcours diplômants accélérés ou des passerelles entre diplômes IWT et IWE par exemple. Ces parcours restent atypiques et peu plébiscités par rapport aux cursus traditionnels.

L’école Polytechnique offre aussi une spécialisation en soudage à Nantes par exemple, mais il s'agit uniquement de quelques modules et quelques semaines supplémentaires pour obtenir l’IWE. Nous avons déjà recruté ce genre de profil, mais le ratio est beaucoup plus faible que celui des personnes issues de l'ESSA ou de l'EAPS.

Le secteur du nucléaire est moins attractif et rémunérateur que celui du pétrole qui attire beaucoup plus largement les jeunes diplômés. Or, les postes dans le domaine du pétrole concernent davantage les professionnels qui ont plus de 10 ans d'expérience sur plate-formes offshore et onshore. Le domaine du nucléaire peut en revanche accepter des profils juniors pour réaliser de la revue documentaire. Cela consiste notamment à reprendre des documents de fabrication pour les analyser et en contrôler la conformité avec les codes propres au nucléaire. Au bout d’un an ou deux de missions, nous pouvons espérer les positionner sur des postes de coordination ou d'inspection sur le terrain afin de leur proposer une expérience en centrale ou en atelier de fabrication.

Où se situent les postes à pourvoir proposé par votre groupe ?

 Sur toute la France ainsi qu’à l'international. Nous avons des filiales au Nigéria, à Abou Dhabi et au Royaume-Uni. En janvier 2018, nous venons d'ouvrir une nouvelle agence à Doha et nous avons pour projet d'en développer une autre en Iran ; étant donné les prévisions de reprise dans le secteur du pétrole au Moyen-Orient. Cela fait partie de la nouvelle orientation que nous nous sommes donnée pour cette année, en plus de développer l'aéronautique, un secteur où nous ne sommes pas du tout présents pour le moment.

Avez-vous mis en place une politique spécifique en matière de marque employeur pour attirer les jeunes diplômés ?

Nous organisons des réunions d’information en février-mars au sein de nos locaux pour que nos salariés inspecteurs et ingénieurs présentent nos métiers de façon concrète. Nous comptons aussi beaucoup sur nos collaborateurs pour être nos ambassadeurs auprès de leurs réseaux professionnels. La cooptation nous permet de recruter de très bons profils !

Propos recueillis par Chloé Goudenhooft

> En savoir plus sur GIS-MIC


Newsletter d'actualités énergie et environnement

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter énergie et environnement hebdomadaire !

Dans la même thématique :


Le potentiel de recrutement du secteur du nucléaire
15/05/2018 | ENERGIE RECRUTE | Emploi et Carrière

L’industrie du nucléaire est la troisième, derrière l’aéronautique et l’automobile, en termes de recrutement en France. 2...


Oakridge recherche des compétences pour conquérir de nouveaux marchés à l'international
15/05/2018 | ENERGIE RECRUTE | Emploi et Carrière

Un entretien avec Cyrille Molina, Président d’OakridgeQuelle est l’activité d’Oakridge ?Oakridge est spécialisé...


Elatos recherche des profils à double compétence en énergie et informatique
07/05/2018 | ENERGIE RECRUTE | Emploi et Carrière

Un entretien avec Jens Bicking, CEO d'ELATOS, cabinet de recrutement spécialisé dans les métiers de l'Energie, de l'Environnement...

Lire aussi :


Décision du Conseil d'administration : Jean-Pierre Clamadieu nouveau Président d'ENGIE
22/05/2018 | ENERGIE RECRUTE | Emploi et Carrière

Décision du Conseil d’administration : Jean-Pierre Clamadieu nouveau Président d’ENGIEA l’issue de l’Assemblée gén&...


Pilote de drone : les compétences requises pour un métier en plein essor
22/05/2018 | ENERGIE RECRUTE | Emploi et Carrière

Un entretien avec Philippe Lesage, fondateur d’Orae Drone Expertises, une société spécialisée dans l'imagerie aérienn...


14/05/2018 | ENERGIE RECRUTE | Emploi et Carrière

Le plan d'investissement dans les compétences (PIC) financera 10.000 formations dans les "métiers verts", a annoncé lundi le gouvern...